Découvrez les 5 questions pour un recrutement réussi

5 questions à vous poser avant même de penser à recruter

Laissez-moi deviner ! Vous avez peut-être récemment pris la décision de recruter ou alors vous commencez à y penser.

Je suis sûre à presque 99,99% que vous ne procédez pas de façon ingénieuse pour recruter.

Je parie même que lorsque vous avez pris pris la décision de recruter, ça a donné ça :

« J ’ai trop de travail, il faut que je trouve quelqu’un pour m’aider. Je vais poster une annonce et en parler à mon expert-comptable. » J’ai raison non ?

A défaut, vous vous êtes intéressé presque frénétiquement au coût d’une nouvelle embauche.

Malheureusement ça donne trop souvent cela…

Il y a tout un processus à prendre en compte avant même que l’on décide de recruter avant même que l’on s’intéresse à combien ça coûte.

C’est simple à dire mais difficile à faire si on ne les connaît pas.

Maintenant, laissez-moi vous expliquer comment je procède en 5 points. Vous ferez parti des 5% d’entrepreneurs qui le savent et qui l’appliquent.

Avant tout, il convient d’analyser votre entreprise.

Question 1 : Est-ce le bon moment pour recruter ?

Mon entreprise dispose t’elle d’assez de fond pour pouvoir payer ce nouveau salarié sans la mettre en danger ? Est-ce le bon moment pour recruter ? Vais-je avoir assez de trésorerie ?

C’est souvent ces questions que vous vous posez en tant qu’entrepreneur et pourtant combien analysent leurs entreprises. 

0 ou presque.

Et si répondre à cette question vous permettrez de faire envoler une grande partie de vos craintes ?

Pour savoir si c’est le bon moment pour recruter, commencer par le début, analysez votre entreprise.

C’est aussi simple que cela.

Analyser son entreprise c’est quoi ? 

Analyser son entreprise, c’est d’abord faire le point sur l’année en cours.

Faire un point sur l’année en cours

Je parle de regarder le bilan ou au maximum les trois derniers bilans pour faire le point sur :

  • la trésorerie : avez-vous de l’épargne, comment est votre solde bancaire ? avez-vous souvent des difficultés financières ?
  • l’activité  : vos ventes sont-elles en augmentation, en baisse, en stagnation ?
  • et les éventuelles dettes de l’entreprise : avez-vous des dettes à rembourser ?

Une fois ce travail effectué sur le passé, tournez-vous vers l’avenir.

Regarder le futur

En plus de faire un point sur le passé, il convient de regarder vers le futur.

En se posant quelques questions du style :

  • Quelles sont mes prévisions de vente pour les 6 prochains mois ? 
  • Comment se sont passés les ventes des 3 premiers mois de l’année en comparaison les mêmes mois de l’année précédente ?
  • Comment va mon secteur d’activité ?

Normalement, vous vous êtes intéressés à vos ventes. Et si on passait à vos charges ?

Des coûts inutiles dans l’entreprise ?

Trop souvent on s’intéresse à augmenter le chiffre d’affaires sans se préoccuper des charges.

Il faut donc que vous regardiez vos charges afin de déceler :

  • les coûts inutiles, des coûts qui peuvent être soit éliminés car les il n’y a plus de besoin, typiquement l’abonnement juridique que l’on continue d’avoir que l’on ne s’en est pas servi depuis un an.
  • ou les coûts qui peuvent être réduits en changeant tout simplement de fournisseurs.

Et les micro-entrepreneurs dans tout ça 

La situation des micros est un peu particulière, la comptabilité étant largement simplifiée.

Résultat, pas de bilan en perspective et pas de quoi faire une analyse aussi poussée. 

A priori si vous êtes en micro entreprise, vous avez des charges réduites. 

Et si ce n’est pas le cas, je vous conseille de vous renseigner rapidement pour faire changer votre statut.

Revenons à nos moutons. Pour les micros entrepreneurs qui se posent la question du recrutement ou qui souhaitent recruter car le développement de leur entreprise est en croissance, vous devez vous aussi analyser votre entreprise. 

Et oui, vous n’allez pas y échapper.

Question 2 : Qui va t’on recruter en fonction de nos objectifs ?

Après avoir vérifié que l’entreprise est capable de recruter, c’est le moment d’avoir les idées claires.

Je vois trop souvent des entrepreneurs qui fonctionnent avec une boussole et qui perdent le nord.

Les deux outils à connaitre

J’ai rarement vu des entrepreneurs qui utilisent tous les outils de gestion proposés notamment par leurs cabinets d’expertise comptable.

Je vous dévoile deux outils qui vont vous permettre d’avoir les idées plus claires :

  • le prévisionnel de vente ;
  • le tableau de bord.

Ils permettent de cibler ses objectifs de vente et donnent des recommandations pour atteindre ces mêmes objectifs alors pourquoi ne pas l’utiliser.

Si vous ne les utilisez pas c’est le moment de s’y mettre.

Suivez ce conseil…

Notez vos objectifs professionnels. Cela pour permettra d’y avoir plus clair et notamment sur la personne à recruter.

Ecrivez noir sur blanc vos objectifs professionnels des 6 prochains mois en suivant la méthode SMART.

Vous pourrez ainsi valider que le type de poste que vous souhaitez recruter et bien en cohérence avec vos objectifs et vos prévisions de vente.

… pour savoir quel poste recruter


Sans fixation d’objectif et l’utilisation d’outils de gestion tel que le tableau de bord et le prévisionnel de vente, il est fort probable que vous seriez tombé dans le piège du recrutement.

Peut-être avez-vous pensé de recruter un assistant(e) administratif(ve) alors que vous avez besoin d’un commercial ?

Cela change tout de recruter au bon poste.

Ces outils vont être un excellent moyen pour être focus sur vos objectifs.

Mais ce n’est pas tout, il faut également que vous vous y connaissiez un minimum en droit social.

Je vois que vous commencez à prendre peur. Pas d’inquiétude, lisez le point suivant pour savoir à quoi vous attendre.

Question 3 : Qu’est-ce que je dois savoir au niveau du droit du travail avant de recruter?

Le droit français mais surtout le droit du travail fait peur à plus d’un.

Je vous comprends cela peut être compliqué lorsqu’on y connait rien ou presque.

Pourtant vous devez-vous y intéresser. Cela fait parti de votre rôle d’entrepreneur.

La base c’est la convention collective.

La convention collective c’est un accord de votre secteur d’activité entre les représentants des salariés et les représentants des employeurs qui prévoit des règles pour votre secteur d’activité.

Vous devez savoir que la convention collective est souvent plus avantageuse que la Code du travail pour recruter en connaissance de cause et penser dans votre calcul de rémunération.

Voici quelques questions à se poser concernant votre convention collective :

  • Y a-t-il une prime de fin d’année ou de vacances ? 
  • Si oui comment est-elle calculée ?
  • Y a-t-il des paniers repas ?
  • Quel est le mode de calcul de l’indemnité de licenciement ?
  • Y a-t-il un maintien de salaire en cas d’arrêt de mon salarié ?

Ce travail ne peut pas être fait par vous, a priori, vous n’avez pas les connaissances suffisantes, déléguez cette tâche à des professionnels compétents.

Une fois que vous avez fait tout cela, vous pouvez commencer à vous intéresser à la question fâcheuse du coût du salarié.

Question 4 : Combien cela me coûte de recruter ?

Le coût du salariat en France est exorbitant. On le sait tous.

Vous vous dites peut être encore que “c’est peine perdu” que vous ne pourrez pas recruter.

Si c’est encore le cas à ce stade de l’article, vous n’avez pas bien lu l’article.

Je suis désolée de vous le dire mais arrêtez-vous maintenant et recommencez la lecture depuis le début.

Pour ceux qui sont toujours là, rentrons dans le vif du sujet.

Mais combien ça coûte d’embaucher un salarié ? On entend tout et son contraire et il est parfois difficile de faire le tri dans toutes ces informations.

Je ne vais pas vous le cacher, recruter coûte cher. C’est pour cela que vous devez valider les étapes précédentes.

Voici comment vous allez procéder :

Aller, tout de suite, voir le site de l’Urssaf qui propose des estimations. 

Attention, il s’agit d’une estimation qui se base sur du légal. Les dispositifs conventionnels n’ont donc pas été mis en place.

Cela vous donne quand même une idée.

Si vous avez la flemme de calculer, grosso modo, les charges patronales et salariales sont de 75% du salaire net.

Pour un salaire net de 1500 euros, les charges patronales et salariales sont de 75% * 1500 euros = 1125 euros.

Vous avez peut-être pris un coup sur la tête.

C’est normal ça nous fait tous ça la première fois, d’où l’intérêt de savoir si votre entreprise peut supporter les coûts et de vous fixer des objectifs pour faire progresser votre entreprise.

Question 5 : Il n’y a pas d’autres frais auxquelles je dois m’intéresser avant de recruter ?

Pour finir de dédramatiser sur le recrutement, il faut donc savoir quelles sont les autres coûts auxquels l’entrepreneur doit être face lorsqu’il recrute.

Je suis donc obligée de parler du licenciement. 

Il existe plusieurs types de licenciement.

Nous allons parler de celui qui coûte le plus cher : le célèbre licenciement économique.

Mettez de côté cette somme…

Pour simplifier au maximum lorsque :

  • vous licenciez un salarié pour faute (simple) ou pour motifs économiques ;
  • ou que vous acceptez une rupture conventionnelle ;

Vous devez lui verser une indemnité de licenciement ou une indemnité de rupture conventionnelle.

L'indemnité de licenciement = indemnité de rupture conventionnelle

Bon ok peut être que vous ne voyez pas où je veux en venir. Pourquoi elle me parle déjà de licenciement alors que je n’ai pas encore recruter ?

Voici ma réponse : pourquoi ne pas mettre de côté une indemnité équivalent à un an d’ancienneté ?

Vous savez concrètement combien cela vous coûte, c’est de côté et vous avez l’esprit léger.

Comment cela plus de crainte pour la trésorerie.

Il vous suffira de recalculer l’indemnité au bout d’un an si vous recrutez votre salarié.

… puis pensez aux autres frais

L’indemnité de licenciement n’est pas la seule dépense dont vous devez faire face.

Peut-être que vous n’en avez pas conscience mais ces procédures surtout le licenciement sont complexes et doivent être réalisées par des personnels.

Je peux vous assurer que vous allez vous en mordre les doigts en cas de prud’hommes.

Pour finir sur ce point, épargnez également une provision de 3 mois de salaires. Elle vous sera utile si vous procédez à un licenciement économique et que votre salarié accepte la CSP.

Là je rentre dans du jargon mais retenez juste une chose : provisionnez également trois mois de salaires. Cela vous sera utile en cas de licenciement économique.

Récapitulons

  • Calculer l’indemnité de licenciement (de rupture conventionnelle) avec une ancienneté d’un an
  • Faites des devis auprès d’avocat et d’expert-comptables et épargnez la somme
  • Mettez de côté, 3 mois de salaires

Normalement fini cette étape, vous êtes en mesure de savoir si vous êtes en capacité de recruter.

Si votre diagnostic vous permet de recruter, félicitations ! Il est maintenant temps de passer à l’étape supérieur de la définition du poste, du recrutement, du contrat de travail, puis de la DPAE. Vous pouvez vous arrêter de lire cet article, il ne vous sera plus utile.

En revanche, si vous vous rendez compte que vous ne pouvez pas encore recruter, restez avec moi la suite pourra vous intéresser. C’est le point bonus.

Bonus : Mon futur salarié me coûtera trop cher

Si vous êtes encore là, c’est que vous êtes peut-être rendu compte après vous être posé les 5 questions précédentes que ce n’était pas le bon moment pour vous de recruter mais que vous avez quand même quelques besoins.

Mes solutions

Le freelance

Tournez-vous vers un freelance.

Ils sont souvent moins cher qu’un salarié car au démarrage de leur activité, ils sont en microentreprises. Leurs charges ne dépassent pas les 30%.

Il n’y a pas photo, les salariés avec des charges à 75% ne font pas le poids.

Si les freelances c’est encore trop cher pour vous aujourd’hui, ayez recours à un stagiaire. 

Le stagiaire

C’est une solution qui ne nous vient pas souvent à l’esprit.

Avoir recours à un stagiaire présente de nombreux avantages :

  • un étudiant avec un niveau de connaissances théoriques
  • parfois un étudiant ayant déjà validé un diplôme ou ayant une expérience professionnelle
  • une indemnité de stage minimum inférieure à deux fois le SMIC
  • pas d’indemnité de stage en dessous de deux mois

Si vous souhaitez avoir recours un à stagiaire, il faut bien entendu avoir du temps pour lui, le former, l’accompagner. Or de question d’y voir de la main d’oeuvre pas cher que l’on va exploiter.

Vous voulez en savoir plus sur comment déléguer sans avoir recours un salarié, cliquez-ici pour écouter l’épisode du podcast de près de 50 minutes où j’en parle.

Un programme d’accompagnement individuel sur plusieurs semaines sera disponible courant avril pour vous aidez à déléguer et à augmenter votre productivité. Vous êtes intéressés par cette offre ou vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez vous préinscrire via le formulaire de contact. Je vous préviendrai du lancement du programme.

Conclusion

Voilà. Nous y sommes. Je vous ai expliqué en long, en large, et en travers les 5 étapes à faire avant même de penser à un recrutement. Récapitulons, avant même de penser à un recrutement, gardez simplement en tête ces cinq étapes :

  • L’analyse de votre entreprise : Est-ce le bon moment pour recruter ;
  • La fixation des objectifs pour savoir qui va t’on recruter en utilisant la méthode SMART ;
  • L’analyse de la convention collective : elle vous permettra d’énumérer tous les coûts salariés de votre activité ;
  • La détermination du coût du salarié (avec le salaire net, les charges salariales, les charges patronales, sans oublier les charges liées à la convention collective).
  • La détermination des autres frais majeurs : l’indemnité de licenciement ainsi que les frais de procédures sont à mettre de côté avant l’embauche du salarié.

Si vous respectez ces cinq points, je vous garantis que vous éviterez les mauvaises surprises, que vous aurez toutes les cartes en main pour bien recruter.

Je vous conseille simplement d’imprimer ces quelques rappels, et de les relire dès que vous pensez recruter quelqu’un. Cela vous évitera d’oublier de faire cette erreur que beaucoup font : recruter avant même de s’être analysé.

Une fois que vous aurez fait toutes ces étapes, il se peut que vous arriviez à la conclusion que vous ne pouvez pas tout à fait recruter un salarié. Dans ces conditions, pourquoi ne pas vous tourner vers un freelance ou un stagiaire ?

Restons en contact ! Retrouvez-moi sur Facebook | Instagram | LinkedIn | Twitter

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *