Challenger ses salariés : la base du management bienveillant

Challenger ses salariés : la base du management bienveillant

Le fait de challenger ses salariés au quotidien est la base de tout bon management en entreprise. Pourtant, ce point n’est pas toujours considéré comme prioritaire par de nombreux dirigeants. En parallèle du challenge, le bore out reste globalement ignoré, alors qu’il constitue lui aussi, une  problématique à part entière. Dans le billet du jour, découvrez des solutions pour réussir à stimuler vos collaborateurs de manière durable et efficace.

L’ennui au travail existe-t-il vraiment ?

Il est assez rare de trouver une société dans laquelle le dirigeant sait comment challenger ses salariés, avec une vision à long terme.

Ce phénomène de lassitude est tabou, très peu de salariés osent évoquer ce sujet avec leurs collègues, et encore plus difficilement avec leurs supérieurs. Contrairement au burn-out (épuisement lié à une surcharge d’activité), les personnes victimes du bore out sont  en constante augmentation.

L’ennui au travail peut être préjudiciable non seulement à votre management, mais également à l’ambiance au sein de votre entreprise. Lorsqu’un travailleur connaît un désintérêt, le risque encouru à moyen terme est sa perte en compétences.

Pour en savoir plus sur les effets du « bore-out », écoutez le podcast consacré à ce thème !

Le rôle des objectifs pour challenger ses salariés

Définir un objectif à court ou long terme (exceptionnel ou récurrent), ainsi que des priorités dans l’avancement d’un projet, est un moteur pour un salarié. En effet, s’il connaît et comprend vos attentes, il sera plus facile pour lui de réaliser de belles performances. Il comprendra mieux vos ambitions, pourra focaliser son énergie sur ce défi. Par conséquent, il ne s’épuise plus à se demander ce qu’il peut faire, pour vous satisfaire. Il retrouve toute son utilité et donne du sens à son travail. 

Comment déterminer le contexte d’un objectif 

Pour répondre au mieux à vos attentes, votre collaborateur doit connaître tous les critères de la mission. N’hésitez pas à évoquer les enjeux avec votre salarié ou avec l’équipe chargée de mener à bien ce projet. 

Pour fixer un cap de manière optimale, vous devez répondre aux fameux « 5 W ».  

  • What (quoi) “quelle est la finalité de la mission” ?
  • Why (pourquoi) “pour quelle raison avez-vous décidé de cet objectif ? En quoi cela est-il positif pour l’entreprise ou pour la personne qui est chargée de cette tâche ?” 
  • Who (qui) « qui est impliqué dans ce projet ? Avec quelle(s) autre(s) personne(s) ? »
  • Where (où) « dans quel secteur de l’entreprise cela se déroule-t-il ? Quels lieux sont concernés par le processus ? »
  • When (quand) « quelle est la durée de ce projet ? Quelles sont les différentes échéances prévues ? » 

Le combo gagnant 

  •  Vous savez ce que vous attendez des personnes mobilisées ;
  • Ces individus peuvent facilement comprendre (et donc mieux accepter) le rôle confié. 

Challenger ses salariés : quelle méthode ?

Si vous êtes entrepreneur, cette question vous est déjà certainement venue à l’esprit !

Il existe un outil tout simple qui mérite d’être utilisé au quotidien : la COMMUNICATION.

On ne le répètera jamais assez, créer et maintenir le dialogue avec ses collaborateurs, est la clé d’un management efficace et pérenne. 

Vous ne pouvez pas vous contenter de donner des directives et disparaître du paysage, c’est purement et simplement contre-productif. Pourtant, c’est l’attitude adoptée par beaucoup de responsables.

Si cela vous arrive, ne vous inquiétez pas, il n’est jamais trop tard pour changer sa manière de faire.

En amont de tout projet, veillez à « prendre le pouls », à savoir l’ambiance qui règne en interne, point de départ essentiel ! Ce sondage vous permet de mesurer le niveau de motivation, la curiosité, à l’instant T. Et donc, voir s’il existe une baisse de régime ou non. 

Quelles questions poser à mes salariés ?

Pour vous aider à faire vous-même votre propre diagnostic au sein de votre société, voici quelques sujets à soulever avec vos employés :

  • Êtes-vous satisfait des missions qui vous sont confiées ?
  • Que la réponse soit affirmative ou globalement négative, demandez des détails.
  • Pensez-vous que votre charge de travail est relativement importante ?
  •  Vous arrive-t-il de vous ennuyer ?
  • Si oui, quelles sont les circonstances exactes d’apparition du problème ?
  • Souhaiteriez-vous vous former ?

Votre employé a peut-être pour projet de développer ses compétences.

Bon à savoir : lors de ces échanges, mettez votre interlocuteur à l’aise !

Cette discussion (certainement improvisée) le prend peut-être à dépourvu, en parallèle, ne perdez pas de vue, qu’il peut être difficile pour le salarié de se livrer à son supérieur. Rassurez-le, en mentionnant qu’il peut prendre le temps d’y réfléchir et vous faire un retour ultérieur.

Salariés : offrez-leur votre ressource la plus précieuse

Non, je ne vais pas vous parler ici d’une augmentation de salaire.

Offrez à vos salariés votre Temps et Écoute. En échange, votre société gagnera en bien-être.

Vous devez bien entendu être disposé à prêter une attention complète à votre interlocuteur.

Pendant la durée de cette conversation, vous ne devez penser qu’aux paroles échangées, et pas à votre téléphone, ou à votre prochain rendez-vous !

Comment communiquer si je dirige beaucoup de salariés ?

Une fois que vous avez récolté des réponses de chaque personne travaillant au sein de votre organisation, vous pourrez commencer à en tirer des conclusions.

Si vous comptez une très grande quantité de collaborateurs et qu’il est difficile de tous les consulter individuellement, deux possibilités s’offrent à vous :

  • Première solution : créer une équipe « Happiness Manager », ils seront vos messagers pour poser les différentes questions à leurs collègues, un peu à la manière d’un cercle de qualité. Évitez de choisir les « chefs » de secteur pour piloter le groupe. Les salariés ne se sentent pas toujours en confiance avec un supérieur pour discuter à cœur ouvert, tentez d’alterner les chefs de groupe avec des niveaux hiérarchiques variés, puis réfléchissez tous ensemble à propos des problèmes soulevés.
  • La seconde possibilité : vous pourriez envisager d’organiser un sondage interactifsur internet, puis l’envoyer par mail dans la « team newsletter ». Autre option : le publier sur le réseau interne de votre entreprise. Si ces deux outils n’existent pas dans votre société, vous pouvez mettre en place une sorte de boîte à idées, dans laquelle chacun pourra déposer une fiche de suggestions ou répondre à une interrogation choisie par vos soins.

Une solution innovante : la méthode SMART !

Le remède pour challenger ses salariés avec succès, c’est d’adopter la méthode Smart. 

Tout en utilisant la liste des « 5 W » précédemment citée, vous pouvez aussi faire usage de cet outil de management. Il sert à décider des objectifs que vous délèguerez par la suite. 

La mission mise en place disposera alors d’un cadre supplémentaire. Son suivi (pour vous en tant que dirigeant) et sa réalisation (pour les personnes concernées) seront facilités. 

Chaque lettre ce cet acronyme très « Malin » à une signification :

  • S pour Simple ;
  • M pour Mesurable ;
  • A pour Atteignable ;
  • R qui fait référence à Réaliste ;
  • T pour Temps.

Fixez des objectifs simples à vos salariés. Ces missions doivent avoir une limite dans le temps. Elles devront également être faisables par vos employés en fonction de leurs compétences individuelles (ou collectives dans le cas d’un projet d’équipe). Plus encore, vous devez pouvoir mesurer l’achèvement de ces buts.

Un exemple de projet SMART pour un community manager :

Celui-ci doit réussir à faire monter le nombre d’abonnés de votre compte entreprise Instagram de 1000 suivis, combiné à un bon taux d’engagement.

Vous lui donnez 6 mois pour parvenir à l’objectif de cette mission. Autre fonctionnement, vous pouvez « découper » ce parcours en plusieurs étapes, soit une quantité mensuelle ou hebdomadaire de « followers » à obtenir sur les différentes publications.

Ainsi, vous pouvez mesurer de manière réelle, la validation de ce projet !

N’oubliez pas de préciser à votre collaborateur qu’il s’agit d’un objectif, mais que cela ne doit pas le déstabiliser.

L’objectif est réussi : c’est un bond en avant !

S’il parvient à terminer la mission alors, félicitez-le pour son excellent travail.

Cela aidera la personne à évoluer professionnellement, et cela influe aussi (positivement) sur votre management.

Panique à bord : l’objectif fixé est un échec.

Si cette activité était trop compliquée pour votre collaborateur cela peut être dû, à une mauvaise évaluation de la faisabilité dans le temps imparti, ou un manque d’informations et d’outils adaptés. 

Ce collaborateur peut également avoir besoin d’être mieux formé, pour répondre à votre challenge et aux connaissances qu’il implique. 

Cet objectif n’aura alors pas été vain et vous pourrez alors œuvrer en conséquence, pourpermettre à votre employé, de monter en compétences.

Challenger ses salariés peut sembler complexe à mettre en place, il faut apprendre à être à l’écoute, faculté qui n’est pas toujours aisée pour les dirigeants. Un conseil simple et pragmatique : prenez l’habitude d’échanger avec vos équipes au quotidien, si ce n’est pas déjà le cas, intégrer ce principe à votre management en entreprise, vous permettra de construire une réelle relation de confiance et appartenance. Votre société c’est un peu votre bébé, en étant à son écoute, vous lui permettez de grandir et de s’épanouir dans un environnement positif, que ce soit pour vous, vos salariés, ou vos futurs talents. 

En manque d’inspiration pour défier vos collaborateurs au quotidien ? Le podcast dédié à ce sujet n’attend plus que vous !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire